Idées

PME, 4 conseils avant de vous lancer dans un dossier de subvention en 2021

En cette période difficile pour tous et d’incertitude sur les prochains mois, de nombreux dirigeants d’entreprise nous font part de leurs doutes et se questionnent sur les meilleurs choix à faire. Certains sont moins affectés par cette crise et poursuivent leur plan de développement comme prévu, mais d’autres ont vu leur trésorerie impactée, et recherchent des sources de financement pour les aider à réaliser leurs investissements.

Dans les deux cas c’est le bon moment de penser à une subvention !

La subvention d’investissement est une aide financière octroyée à une entreprise par un organisme public ou privé. Elle est destinée à couvrir une partie des dépenses d’investissement, sans obligation de remboursement. Chez CosaVostra, on accompagne par exemple de nombreuses TPE et PME en conseil et dans le montage de dossiers TP’up et PM’up, deux aides versées par la Région Ile-de-France sous forme de subvention d’investissement.

Dispositif particulièrement attractif, il est malgré tout utile de se poser les bonnes questions avant de déposer un dossier de subvention.

PME, 4 conseils avant de vous lancer dans un dossier de subvention

Voici mes quatre grands conseils :

1. Ayez une vision à moyen terme de votre entreprise

Commencez par définir vos objectifs à 2–3 ans. Que souhaitez-vous pour votre entreprise ? Par exemple, vous visez 5 millions ou 50 millions d’euros de chiffre d’affaires ? Vous souhaitez vous développer à l’international ou plutôt renforcer vos positions sur le marché français ? Autant d’objectifs différents et propres à chaque entreprise. Savoir où vous voulez aller vous permettra de définir plus facilement les étapes pour y arriver. Ainsi vous pourrez écrire aisément votre feuille de route et avoir une vision globale des investissements nécessaires, sans vous focaliser sur votre besoin immédiat et vos dépenses des 3 prochains mois.

Par exemple, une PME qui fabrique des jouets en bois se fixe un objectif de 4 millions de chiffre d’affaires à horizon 3 ans. Sa stratégie pourrait être d’augmenter le volume de ses ventes de produits et de diversifier ses canaux de distribution. L’entreprise pourrait alors décider de créer un site e-commerce pour vendre en direct et renforcer ses moyens de production.

Une fois tous les investissements listés, ici par exemple sans être exhaustif : design et développements web pour le site e-commerce, shooting produits, acquisition de nouvelles machines, recrutement d’un Responsable e-commerce et d’un Directeur de production, conseil en marketing et acquisition, etc., vous pourrez passer à la phase du chiffrage afin d’estimer votre besoin de financement.

2. Sélectionnez un dispositif qui couvre le maximum de vos dépenses

Il existe un multitude d’aides financières à destination des entreprises : subventions, exonérations fiscales, prêts bonifiés, crédits d’impôts … Mais à chaque demande il faut renouveler la constitution d’un dossier. C’est long, fastidieux, et vous avez peu de temps.

Privilégiez donc un dispositif qui couvre un maximum de vos dépenses.

Par exemple, le dispositif PM’up permet entre autres de prendre en charge le recrutement de cadres, le développement à l’international, la création d’un site e-commerce, l’achat d’une nouvelle machine. C’est une aide financière que je conseille souvent aux PME que j’accompagne car elle se focalise sur l’entreprise et son plan de développement, et non pas sur une dépense donnée.

3. Ne comptez pas uniquement sur l’aide financière pour financer votre projet

Les subventions sont généralement versées sur présentation des factures. Ce qui implique donc que vous devez avoir la trésorerie suffisante pour avancer les fonds et financer votre programme d’investissements dans sa globalité.

Ayez aussi en tête que les aides ne prennent jamais en charge la totalité de la dépense engagée. Il existe des taux de prise en charge selon la catégorie de dépenses. A titre d’exemple, comptez entre 20% et 60 % de prise en charge pour les dispositifs les plus généreux.

La viabilité, ou autrement dit, la bonne santé financière de l’entreprise est un critère que l’on retrouve dans quasiment tous les dispositifs de subventions d’investissements. Concrètement cela signifie que votre entreprise est en croissance, qu’elle dispose d’une trésorerie excédentaire, dégage des bénéfices et que son bilan présente des fonds propres positifs.

4. N’attendez pas le dernier moment pour vous lancer

Tous les dispositifs qui proposent des subventions ont un grand principe : les dépenses déjà engagées avant le dépôt de votre dossier ne pourront pas faire l’objet d’une prise en charge. C’est ce qu’on appelle la non rétroactivité des dépenses. Pour cette raison, n’attendez pas le dernier moment pour vous lancer dans cette démarche.

Constituer un dossier de subvention prend du temps. Comptez deux à trois mois pour monter un dossier complet si vous n’avez pas de personnel dédié à cela. Sinon, vous pouvez aussi vous faire accompagner par des spécialistes tels que CosaVostra. Ils produiront un dossier robuste sous 3 semaines.

Anticipez également les délais d’instruction des organismes publics. Par exemple il faut compter environ trois mois pour avoir un retour de la Région Ile-de-France après avoir déposé un dossier de subvention PM’up. A cela s’ajoute les délais de remboursement qui varient de un à trois mois une fois les demandes d’acomptes faites. Ces délais peuvent paraître longs, mais au regard des sommes octroyées, rappelons-le jusqu’à 250 000 euros pour PM’up, cela peut valoir le coup d’attendre.

Si vous souhaitez que l’on discute de vos projets et qu’on vous accompagne dans le montage d’une subvention, alors n’hésitez pas à nous envoyer un mail à l’adresse financement@cosavostra.com. Notre équipe de consultants rompus aux enjeux de développement des PME sauront vous éclairer.

Pour en savoir plus sur l’agence, n’hésitez pas à nous suivre sur LinkedIn, Instagram et Facebook ! Sinon, vous pouvez directement nous contacter