Idées

“Être digital”, c’est d’abord changer sa façon de penser

Hier, le directeur du développement d’une belle PME dans la distribution me déclare : “Nous ne sommes pas dans le digital, mais nous prévoyons de l’être dans deux ans.”

Perplexe, j’ai eu un moment d’hésitation. Est-ce une façon polie et sarcastique de me dire qu’il n’a pas besoin de mes services, ou fait-il preuve de sincérité ?

Le doute se lève, ils n’ont pas digitalisé leurs process mais prévoient des investissements technologiques sur les deux prochaines années. Il était donc honnête.

Image for post

Mais au fait, ça veut dire quoi “être digital” en 2020 ?

Les usages et business model traditionnels ont été bouleversés par le digital : hyper-concurrence, consommateurs ultra-avertis, pressés et volatils, exigence de transparence sur la chaîne de production, systèmes en réseau, ventes en omnicanal…

L’enjeu véritable pour une PME n’est pas simplement de cocher une case ou de se doter d’outils numériques. Il s’agit de savoir se transformer et évoluer dans un environnement où le client/utilisateur est remis au centre de toute action.

Des dirigeants de PME de moins en moins sceptiques

Selon le baromètre 2019 Croissance & Digital réalisé par l’ACSEL Digital70% des PME perçoivent désormais le numérique comme une opportunité, un vecteur de croissance qu’on ne peut plus négliger. Un progrès par rapport à 2017, où 38% des dirigeants de PME étaient encore qualifiés de sceptiques face au digital, selon une enquête réalisée par le Lab de Bpifrance.

Pour certaines PME, le digital représente aujourd’hui plus d’un quart de leur croissance. Ces entreprises, qualifiées de digital champions par l’ACSEL Digital, se font les porte-étendards de la transformation digitale et partagent leurs bonnes pratiques aux plus réticents. Et le mieux dans tout ça, c’est que 93% de ces digital champions sont des PME, c’est-à-dire le cœur du tissu économique français.

Le tournant est pris. La transformation est à la portée de toutes les PME. Le digital n’est pas une lubie réservée aux start-ups ou aux grandes entreprises.

Qui doit porter la transformation ?

Dans une PME, c’est au dirigeant de construire une vision, de fixer le cap et de partager avec ses équipes les chantiers à venir. Le digital fait partie intégrante de la stratégie d’une entreprise. La transformation doit donc être incarnée et pilotée par la Direction qui pourra constituer une équipe dédiée et mettre en place des relais dans chaque service afin d’irriguer toute l’entreprise.

C’est essentiel, le dirigeant se doit d’initier la démarche et de démystifier le digital :

Non, le digital n’est pas compliqué.

Non, le digital ne va pas déshumaniser mon entreprise.

Non, le digital n’est pas une menace.

Dirigeants, soyez pragmatiques

Soyons clairs, dans la tête des dirigeants qui l’ont intégré, le digital doit avant tout répondre à un objectif business. Et en premier lieu, le digital a un impact sur la relation client — à savoir améliorer la satisfaction du client et le fidéliser — puis sur le ROI et les ventes.

Mais le digital est encore trop pensé “en silo”, là où il devrait être accompagné d’une transformation globale de l’entreprise, de son business model, de son organisation et management.

Dernier conseil : il est essentiel de ne pas brûler les étapes, d’avancer à petits pas, et surtout de n’oublier personne sur la route. Avoir une vision à long terme est nécessaire, mais se lancer l’est encore plus. Entrepreneurs, dirigeants de PME, démarrez par de petits chantiers facilement activables et n’attendez pas deux ans pour faire du digital votre allié.

Vous aimeriez transformer votre entreprise mais vous ne savez pas par où commencer, on en parle ?

Pour en savoir plus sur l’agence, n’hésitez pas à nous suivre sur LinkedIn, Instagram et Facebook ! Sinon, vous pouvez directement nous contacter