Idées

Comment réussir son entretien d’embauche en 2021 ?

Chez CosaVostra, on a l’habitude de faire passer des entretiens. C’est un exercice passionnant et indispensable pour recruter les bons talents, ceux qui resteront et qui feront toute la différence au sein d’une équipe. Depuis plusieurs années, on a la chance de savoir très bien nous entourer.

Si vous lisez cet article, vous avez sûrement déjà franchi le cap du CV bien rédigé. Ne reste donc plus qu’à vous donner quelques petits conseils pour cartonner lors de votre première (ou seconde) rencontre avec un recruteur.

Comment réussir son entretien d'embauche ?

1. En amont de l’entretien

La première chose à faire est de vous renseigner au maximum sur le poste et l’entreprise convoitée. Passez au peigne fin son site internet et ses réseaux sociaux. Renseignez vous sur ses activités et essayez de vous imprégner de sa culture. Relisez également la fiche de poste et trouvez des liens entre votre expérience personnelle et les compétences demandées par le recruteur.

S’il cherche un expert WordPress par exemple, faites la liste de tous les projets sur lesquels vous avez travaillé avec ce CMS. Renseignez-vous également sur l’actualité de l’expertise demandée. Si vous candidatez pour un poste de spécialiste SEO, vous devez absolument être au courant de la dernière mise à jour de l’algorithme de Google.

Dernier point, essayez d’en savoir plus sur la personne que vous allez rencontrer lors de l’entretien. Ajoutez-la sur LinkedIn, creusez ses centres d’intérêts et ses domaines d’expertise. Si vous avez des choses à vous dire aussi hors champ professionnel, vous marquerez aussi des points.

La relation humaine est tout aussi importante que la relation professionnelle.

2. Se rendre dans les locaux

Vous allez probablement vous rendre dans un endroit que vous ne connaissez pas. Si jamais vous avez un doute sur le temps de trajet, calculez-le la veille et prenez de l’avance, histoire de ne pas être en retard le jour J. Arriver à l’heure est très important, non seulement pour l’image mais également pour la durée de l’entretien. Si le recruteur a prévu une demi-heure de rencontre et que vous avez dix minutes de retard, vous aurez moins de temps que les autres pour défendre votre candidature. Renseignez-vous sur les conditions d’accès aux bureaux. Est-ce qu’il y a un code d’entrée ? Quel étage ? Y a-t-il un accueil pour patienter ? Personnellement, j’ai déjà poireauté 15 minutes devant des bureaux parce que je n’avais pas le code et que mon téléphone ne captait pas devant les locaux…

Et si vous arrivez en retard ? Eh oui, ça arrive, un gros imprévu côté métro ou un accident peut vous mettre dans la panade. La première chose à faire est de prévenir le recruteur dès que vous pressentez que vous ne serez pas à l’heure. A votre arrivée, dites la vérité et expliquez que ça relève de l’exceptionnel. Si votre interlocuteur n’est pas trop rigide, ça passera. Si vous l’avez prévenu avant, que vous avez été honnête et que celui-ci bloque votre recrutement pour cette raison, c’est qu’il ne valait mieux pas travailler avec cette personne de toute façon.

Situation inverse, vous êtes très en avance. Allez prendre un café, un thé, un coca près des bureaux (on évite le picon bière ou les shots). Dans tous les cas, ne vous présentez pas dans les bureaux 30 minutes avant, vous allez certainement attendre sur une chaise seul et ça ne peut qu’ajouter du stress.

3. Ça y est, vous êtes arrivé

On ne va pas faire de laïus sur les règles de politesse et de savoir vivre. Il suffit de se comporter correctement lorsque vous rencontrez le recruteur : une poignée de main, vous regardez la personne dans les yeux. Rien d’exceptionnel. Pas besoin d’en faire trop.

En général, un entretien commence par une présentation du candidat. C’est un exercice à préparer en amont. Comme on l’a dit plus haut, essayez au maximum de relier votre expérience avec la fiche de poste et avec les desideratas de l’entreprise. Soyez clair, concis et surtout impliqué dans votre présentation. Rien de pire que quelqu’un qui à l’air de réciter un texte sans aucune conviction. Vous êtes là pour vous mettre en avant et pour marquer des points.

Ensuite viennent les questions. Difficile à anticiper, mais si vous avez bien suivi nos conseils de préparation, vous êtes prêt. Vous devez connaître l’entreprise sur le bout des doigts, idem pour la fiche de poste. Et si vous ne savez pas répondre ? Soyez une nouvelle fois honnête.

Dire “je ne sais pas”, c’est faire preuve de maturité et c’est bien mieux que des “euhhh… Attendez, si, j’ai entendu parler de ça” pour ensuite être à côté de la plaque.

Certains recruteurs vont vous pousser dans vos retranchements pour vous déstabiliser. Gardez votre sang froid, répondez toujours avec franchise, soyez souriant et surtout motivé. On vous demande si vous savez utiliser Photoshop ? Vous ne savez pas ? Ne répondez pas non, mais que vous ne savez pas pour l’instant, que vous allez vous former et que vous êtes enthousiaste à cette idée.

Pour clore l’entretien, on va surement vous demander si vous avez des questions ou quelque chose à ajouter. C’est le moment de faire la différence. Si vous avez bien fait vos devoirs, vous savez tout du recruteur et de la structure qu’il représente. Reliez ça à ce que vous savez faire et expliquez en quoi vous pourriez être utile.

EXEMPLE : Vous candidatez au poste de graphiste, vous êtes un spécialiste des logos. Vous avez vu sur le site de votre futur employeur qu’un client à un logo disons… améliorable. A vous de le dire et d’expliquer ce que vous pourriez faire à la place. Cela montre que vous êtes proactif et pas seulement un exécutant. Vous pouvez également poser des questions au recruteur, lui demander quelle est la vision de l’entreprise à moyen terme, quelle est leur ambition sur tel ou tel sujet. Le but est de montrer que vous êtes impliqué et que vous avez déjà un pied dans l’entreprise.

Une fois que tout est dit, partez avec le sourire, soyez confiant. N’en faites pas trop, un “merci et à bientôt” fonctionne très bien.

4. Et après ?

On vous a asséné le fameux “je vous recontacterai” ? Parfois c’est vrai, mais dans certains cas, le verdict n’arrivera jamais… Qu’on soit clair, ce n’est pas très respectueux de la part du recruteur de vous laisser sans réponse, mais vous n’y pouvez rien. Ce n’est pas une raison pour abandonner et vous tourner les pouces.

Après avoir attendu quelques jours, renvoyez un mail indiquant que vous avez beaucoup aimé votre entretien et que cela a renforcé votre motivation. À la suite de cette formule de politesse, enquérez vous de l’état d’avancement de votre candidature. Si vous n’avez toujours pas de nouvelles plusieurs jours après votre relance mail, décrochez votre téléphone et appelez le recruteur. Il est toujours plus difficile de dire non de vive voix. En revanche, il ne faut pas harceler l’entreprise. Trois relances, étalées sur deux ou trois semaines sont un maximum. Le recrutement prend parfois du temps.


Voilà, vous avez toutes les clefs en main pour réussir votre entretien. Si l’exercice vous stresse, n’hésitez pas à faire des simulations avec vos amis ou votre famille. Vous pouvez également venir pratiquer directement chez nous, l’agence CosaVostra. En plus ça tombe bien, on recrute.

Pour en savoir plus sur l’agence, n’hésitez pas à nous suivre sur LinkedIn, Instagram et Facebook ! Sinon, vous pouvez directement nous contacter